LE PASSSEUR

LE PASSSEUR

Professeur Bernard Herzog - Médecine et Thérapies du Futur Connaissances et recherches pour améliorer Votre Santé et Votre Vie


Rêve : “Un tremblement de terre”

Publié par Bernard Herzog sur 27 Décembre 2011, 13:27pm

Catégories : #Rêve- Spiritualité

3238323461_2e53e0dc2c.jpgRêve du 04.11.1989

« Il vient d’y avoir un tremblement de terre. La tour carrée s’est fissurée. Elle est assez endommagée pour être inhabitable. Maintenant, la désolation règne : les gens vont quitter la tour. Je vois des prisonniers dans leur appartement. Je décide d’aller les délivrer, aussi j’escalade la tour de l’extérieur. Arrivé à leur étage, je les aide à quitter leur prison. Je me trouve dans un parc avec des personnes.

Je marche devant quelqu’un et je traverse une petite rivière par un pont. Nous poursuivons la route avant d’atteindre le sommet d’une colline. »

 

Ce chaos est dû au règne de la mère-matière : la tour de Babel a une base carrée édifiée à Babylone au temps de Sumer.

Une carte des tarots correspond à la chute de la tour, c’est-à-dire à l’effondrement de cette fausse religiosité.

Cette tentation d’aller vers Dieu selon le schéma intellectuel est contre nature.

Personne ne peut avoir accès à la vie spirituelle par la voie matérielle. Pas plus que l’on ne voit Dieu dans les cieux aux hublots des avions, on ne peut l’atteindre par les spiritueux ou les hallucinogènes.

Pour Arthur, la spiritualité, que mère et les curés s’évertuent de lui inculquer de force, consiste à aller chaque dimanche à la messe et à communier dans la religion du Veau d’Or (ce qui n’est pas à prendre comme une généralité).

On entasse soigneusement toute l’année sur un compte bancaire, car l’esprit masculin demeuré inclus dans la lignée des mères, œuvre toujours et sans cesse pour posséder plus encore.

Cette première forme d’intégration des mythes chrétiens constitue une perversion. Elle entraîne une véritable gangrène de notre civilisation et conduit à l’effondrement de l’Eglise, des équilibres sociaux, voire d’une civilisation.

Malheureusement, en occident, ces méfaits ne sont point assez connus, ni démasqués.

 

Fin du rêve

 

268624211_b36fa65bfc.jpg« Je suis Place Alexandre Vincent. Un accident vient d’avoir lieu entre trois voitures : une R5 rouge carmin, une LNA jaune et une voiture grise. La LNA est complètement broyée, il ne reste qu’un cube de taule.

 

A l’intérieur, il y avait deux enfants dont un bébé. Leur mère conduisait le véhicule, on y dénombre deux morts. Tout l’avant de la R5 est défoncé. La voiture grise n’a qu’un côté d’abîmé. J’apprends qu’un cyclomoteur se trouvait dans l’accident : on n’a retrouvé qu’un pied de son conducteur.»

« Ce qui m’a dérouté dans ce fracas de matière, ce sont tous ces morts ! Je suis allé Place des Cendres du vain sang. »

Pour les lecteurs qui connaissent l’épopée de la Tiamat et le combat du héros solaire contre les pestilences de la reine mère, il est aisé de déchiffrer les raisons du chaos.

L’esprit montre à Arthur combien l’innocent peut broyer les fils et les filles de la Tiamat, éliminer les véhicules métalliques pour souligner l’importance de l’alchimie, c’est-à-dire la vie intérieure qui conduit seule vers Dieu.

La Tiamat coupe le pied, c’est-à-dire la vie sexuelle, la relation à la terre et à l’autre, or elle est essentielle pour la réalisation du sujet. L’excès en sens inverse est d’ailleurs plus connu et tout aussi nocif.

C’est encore la Tiamat qui blesse Ishtar, la déesse s’enfuit et détruit le héros Enkidu, l’ami de Gilgamesh.

La Tiamat blesse non seulement ses filles en les transformant en amazones dévoreuses d’hommes et mangeuses d’âmes, mais castre ses fils pour mieux les asservir.

Cette situation date de Sumer et de la mythologie du Dieu Taureau dont il reste encore quelques vestiges sur le globe. Arthur, en raison de l’inversion du couple parental, est obligé de vivre symboliquement à cette époque et de reprendre le départ à cet âge de 4000 à 5000 ans.

564027383_2bae61e36c.jpgRêve du 14.11.1989

 

« Pour atteindre le village indien, il faut descendre du plateau où je suis avec deux autres personnes et traverser une portion du désert. On peut apercevoir des montagnes au loin.

 

On atteint le village indien. Nous voulons alors rejoindre notre lieu de départ. On nous annonce qu’il est impossible de repartir car la situation géographique du village doit demeurer secrète sinon les occidentaux vont venir envahir le village.

Arrivés à la frontière, nous observons. Je vois au loin une jeune indienne courir derrière un bébé. Une diversion nous permet de traverser la bande de désert.

Arrivés sur le plateau, nous sommes arrêtés par la jeune indienne. Je me trouve allongé sur le sable, elle est sur mon ventre.

Elle a vieilli, est devenue une jeune femme. Ses cheveux noirs sont longs, je lui dis quelque chose, elle décide de me laisser partir car elle a confiance en moi. Elle pense que je vais retourner au village indien ensuite auprès d’elle. »

2792132351_52b5196a4d.jpg« Les indiens sont des initiés, à l’inverse des occidentaux cartésiens “non voyants”. Ce sont des parties de l’inconscient qui ont une bonne relation avec le monde et la vie.

Les occidentaux n’ont plus aucun contact avec les réalités, aussi pour retrouver cet état premier, il leur faut traverser le désert. »

Pas de femme, pas de sentiment, les études sont desséchantes. L’excès solaire désertifie et ne fait que renforcer le mental, la vie imaginaire.

Le retour vers la réalité, c’est-à-dire vers la société où Arthur est obligé de vivre à cette épreuve de la traversée du désert. Elle lui est imposée par une mère phallique et un père inexistant.

L’indienne est charmante, malheureusement, elle est totalement refoulée par la mère d’Arthur. Elle rêve de castrer son fils comme elle l’a fait subir à son époux.

Ainsi a-t-elle conseillé à Arthur la lecture des bandes dessinées, la science-fiction, un imaginaire d’époque où fleurit l’informatisation : une panacée universelle pour gagner de “l’argent propre” facilement.

L’évasion intellectuelle n’est pas un rêve ! Tout ce monde est frelaté, artificiel.

Seule une jeune indienne peut rendre vie à Arthur. La véritable religion est une reliance entre le monde d’en haut et du bas, du ciel et de la terre. L’Inde : symbole de deux paires Un de Uno.

Cette fonction reliante n’existe que si le Yin et le Yang ont effectué leurs noces alchimiques chez le sujet, matérialisées dans notre réalité terrestre sous forme d’un couple harmonieux vivant dans l’Amour.

Arthur devra passer par bien des épreuves comme les chevaliers du Graal, traverser bien des rivières avant d’y parvenir.

Pour le moment, la relation lui est interdite, aussi devra-t-il errer de nouveau dans le désert.

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents