LE PASSSEUR

LE PASSSEUR

Professeur Bernard Herzog - Médecine et Thérapies du Futur Connaissances et recherches pour améliorer Votre Santé et Votre Vie


Rêve : “Marie-Josèphe ou la vie dans les grands ensembles”

Publié par Bernard Herzog sur 6 Novembre 2011, 11:58am

Catégories : #Rêve- Spiritualité

 

 

4734491491_da311633be.jpgBien qu’elle n’ait pas encore 40 ans, cette mère de famille a quatre enfants, un mari chômeur, qui n’est d’ailleurs pas le premier. Elle a eu ses trois enfants d’un premier lit.

 Cela fait deux ans qu’elle s’est mise à nouveau en ménage avec un tôlier ferrailleur de 28 ans avec qui elle a eu un nouvel enfant mais non sans problèmes :

« Monsieur s’énerve ! Monsieur ne supporte pas les enfants. Et comme il ne sait pas faire régner l’ordre, c’est la vraie corrida à la maison ! Mon mari vit sur les nerfs, moi je suis calme, mais lui hurle pour rien du tout et les enfants font de même, c’est absolument horrible ! Il y a les voisins du dessus qui font du bruit, ceux d’à côté, dans l’ascenseur l’urine qui sent, toutes ces bandes de loubards qui rôdent… J’ai consulté à l’hôpital Nord pour une angine de poitrine. J’ai vu le Pr G. après avoir été admise au service des urgences où l’on m’avait déjà fait un bilan. J’avais des battements de cœur, au moindre effort. On s’est bien occupée de moi : j’ai eu droit à une semaine d’examens, mais ils n’ont jamais rien trouvé… En fait, mes crises, c’est que je manque d’air ! »

Marie-Josèphe a toujours fumé, beaucoup trop. Les médecins lui ont prêché l’abstinence aussi dit-elle :

3426296370_779ab9c0f9.jpg« Je ne fume plus qu’une cigarette par jour, je suis sous calmants, mais les médecins de l’hôpital par contre ne se privent pas de cloper même devant les malades.»

Les benzodiazépines l’empêchent de mener à bien ses responsabilités de mère de famille.

« Mes nerfs me lâchent, je ne peux plus supporter d’entendre hurler. On m’a conseillé des séances de psychothérapie, mais il ne s’y passe rien et quand je vois le psychologue, il est plus fou que moi, quant au psychiatre que j’ai consulté, c’est à fuir  »

Marie-Josèphe a déjà présenté à l’âge de 24 ans un état dépressif avec une paralysie bizarre de l’hémicorps gauche pour lequel elle avait effectué deux mois d’hospitalisation psychiatrique. On peut suspecter une composante hystérique mais cette femme était plus forte que son jeune époux et bien des confrères mis dans des positions d’existence semblables auraient “craqué” depuis longtemps. Il est temps de le dire : La vie dans ces grands ensembles est un enfer. Les besoins de la démographie s’accordent mal avec la qualité des citoyens. Engrosser une femme infantile et immature est une forme d’erreur, hélas journellement rencontrée.

14 L'oiseau et l'+®glise« Cela n’est pas grave m’a-t-on dit, il y a les allocations et les psychologues… ce sont les autres qui paieront !»

Comment peut-on faire quand on a déjà du mal à se porter soi-même pour assumer quatre enfants et un mari infantile, n’ayant manifestement pas le contrôle de lui-même et désireux de trouver une deuxième mère et non une épouse ?

« Oh, j’ai bien compris, je me détruis moi-même ! Je vais leur coller une belle frousse et cela ira peut-être mieux après : je m’en vais aller chez ma mère dans le Pas de Calais et ils se débrouilleront pendant mon absence.»

Une sage mise en demeure qu’elle devra renouveler car chacun doit s’efforcer de se prendre en charge pour que la vie de famille puisse se poursuivre tant bien que mal…

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents