LE PASSSEUR

LE PASSSEUR

Professeur Bernard Herzog - Médecine et Thérapies du Futur Connaissances et recherches pour améliorer Votre Santé et Votre Vie


Rêve : “Les trois bases nautiques et le ver dans l’oreille”

Publié par Bernard Herzog sur 5 Février 2012, 15:59pm

Catégories : #Rêve- Spiritualité

2316749263_9d0c9da50e.jpgPuisque ses parents ne l’ont pas fait, l’inconscient d’Arthur va lui enseigner, quelles sont les trois étapes fondamentales de la relation masculin- féminin.

 

Rêve de fin janvier 1990

« Je suis au bord de l’Erdre à l’entrée d’un chemin de terre qui mène à trois bases nautiques. Je m’engage sur ce chemin. Au bout de quelques mètres je me rends compte qu’il a disparu. La rivière est plus large.

Le local de la base nautique a été surélevé d’un mètre environ pour éviter d’être inondé par la rivière. Grâce à une corde accrochée au toit de la petite maison, et d’une poulie accrochée à un arbre, ils ont hissé le petit local d’un mètre environ.

Pour continuer son chemin on doit s’engager sur une petite plage et atteindre ensuite le parvis de la maison. Des personnes effectuent le parcours. Après avoir franchi l’obstacle je passe par le même chemin et le poursuis jusqu’à la maison qui est toujours dans les airs. Je vois deux personnes courir sur la plage. Arrivées devant la butte elles font un saut pour franchir l’obstacle et rejoindre le chemin. Elles sont en tenue de sport.

Je poursuis ma route, j’arrive ainsi à la troisième base nautique. Elle est composée d’une assez grande plage. L’eau est assez éloignée. Là se trouve des dériveurs sans gréement. Il y a là aussi une maison assez grande et confortable, j’y pénètre. Du monde déambule dans le couloir et le hall. Je discute avec une ou deux personnes. Je crois qu’il va se passer là un évènement, je repars avec un camarade. »

« La rivière symbolise la femme. La verticalisation instable est due aux parents. Ils n’ont pas effectué le travail d’intériorité, ni aucune verticalisation. Ils ont peur de la sexualité, ils n’ont pas de racine. »

2778049200_4af00dae17.jpg 

La séparation symbolise une vue intellectuelle, sophistiquée sans contact avec la réalité. Le chemin disparaît quand on élève les enfants sur un mode théorique, sans racines, hors du réel. Personne n’a évoqué la relation à Arthur. Il n’a jamais eu le moindre entretien sur la sexualité avec ses parents, et leur exemple de juxtaposition non harmonieuse du masculin et du féminin n’a rien arrangé.

La seconde étape s’effectue vers un local accroché à un arbre ! La réalisation d’un couple constitue la deuxième étape, c’est-à-dire la réalisation d’un foyer. Seul il protège contre les intempéries et les bourrasques de l’existence. Pour Arthur cela reste théorique, hors de la réalité, “accrochée à un arbre” !

Il a été élevé dans une religion gauchie, enseignée par des prêtres démesurés infantiles, ainsi l’énergie du Yin stagne, entraîne un pourrissement et des somatisations de plus en plus nombreuses.

On fait croire aux jeunes, comme on accroche une carotte devant un âne, en plaçant devant eux le schéma d’un foyer qui n’en est pas un.

6792534987_54de356326.jpgDans son travail Arthur doit effectuer une régression au niveau de la plage matricielle, c’est-à-dire qu’il doit intégrer les images infanto juvéniles qui l’amènent toujours à couper le contact avec les réalités et à lui interdire toute relation féminine (hormis sa mère…)

C’est ainsi que l’on fabrique des “grosses têtes”, en obligeant les jeunes à hypertrophier l’étage mental, par des études de plus en plus sophistiquées à un âge avancé alors qu’un jeune homme devrait plutôt s’intéresser aux jeunes filles en fleur et non pas uniquement aux livres.

La perversion des énergies entraîne un barrage, les pulsions libidinales sont déviées.

Cette seconde étape s’associe à un obstacle. Arthur est dans une position du joueur d’échec acculé aux maths, et aux jeux abstraits, alors que son corps vieillit lentement sans connaître l’éveil de la sensualité.

L’oncle curé est terrorisé devant les femmes, aussi l’image de la relation qu’il communique à son neveu corrobore celle de sa mère. On lui a fait penser que « faire l’amour » c’est très sportif et que cela détourne du chemin de la compétition, qui seule assure le succès aux fameux examens donc l’accès à la vie, à un emploi. Henri de Montherlant décrivait ce type de raisonnement chez les athlètes : point de performance si on a des relations sexuelles. Les femmes dérivent les énergies !

3898876075_1bf8d7bb49.jpgSi Arthur est bon élève et s’il a beaucoup de résultats, il pourra ensuite comme les jeunes cadres dynamiques, lecteurs de Playboy, avoir un tableau de chasse comme Don Juan ou Casanova.

Mais les rêves lui ont expliqué que cette déviation n’avait rien de naturelle. Elle comporte un plaisir scindé de la réalité. Voilà la deuxième étape esquissée, la seconde base nautique.

La troisième conduit à la stabilité, elle exige une régression dans l’eau négative.

Après cette épreuve on somatise moins, la graine ne pourrit plus. Alors peut-on trouver un havre de paix confortable et une vie paisible.

Les autres parties mises à l’écart ou refoulées seront alors réintégrées.

L’ombre

L’image du local élevé en l’air d’une façon artificielle ressemble à celle de la carotte de l’âne. L’oncle prêtre lui a toujours dit de faire cadeau à Dieu de ses difficultés, d’accrocher au ciel ses espoirs d’être reçu aux examens. Peut-être devra-t-il lui demander de l’aide pour accéder à une base nautique où il pourra s’ébattre joyeusement ?

Les trois bases nautiques correspondent à trois états de la relation. Elles ne lui ont pas été enseignées par ses parents qui n’ont effectué aucun travail sur eux-mêmes, demeurés tous deux dans une relation-religion d’oralité, sans désir d’autre verticalisation qu’une spiritualité vécue au plan mental. Peut-être pourrait-il demander de l’aide pour parvenir au dernier état de la vie de Saturne !

et le double apparaissent sous forme de camarade. L’accès à ce temps est caractéristique des fils de Saturne. De nombreuses épreuves réussies permettent l’accès à ce dernier état.

6252273855_d3e10ecfd2.jpg

« J’ai fait un petit bout de rêve cette nuit » :

« Je me grattais l’oreille et je voyais un ver de terre en sortir ! »

« Le ver ressemblait à un serpent, cela vient de ma mère !

Ne serait-ce pas ma mère qui coupe la relation en ayant mis dans mes oreilles cette partie d’elle-même ? »

Le ver est dans le fruit. L’éliminer est initiatique. L’effort pour s’en débarrasser représente le feu des forts. Un éveil sérieux de la conscience et un authentique développement spirituel sont la récompense recherchée.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents