LE PASSSEUR

LE PASSSEUR

Professeur Bernard Herzog - Médecine et Thérapies du Futur Connaissances et recherches pour améliorer Votre Santé et Votre Vie


Les amis naturels de notre santé : Chicorée, Chlorure, Chou, Chocolat

Publié par Bernard Herzog sur 9 Juin 2013, 17:08pm

Catégories : #Les amis naturels de notre santé

Les amis naturels de notre santé    
La chicorée  
Les feuilles sont oblongues de 15 à 20 cm, elles ont une saveur très amère non désagréable.
La racine longue, desséchée sous forme de morceaux est utilisée comme les feuilles en dépuratifs, laxatifs.
Les feuilles sont riches en matières azotées ; sulfate, phosphate de calcium, potassium, sodium.
La racine sèche non torréfiée contient 10 à 20% d’inuline, 20 à 40% de sucre.
La racine torréfiée et moulue est un succédané du café, surtout dans le nord de la France et en Allemagne.
La chicorée est essentiellement consommée sous forme de salade. Ce que l’on appelle « la barbe de capucin » est de la chicorée cultivée dans les caves à l’abri de la lumière surtout consommée dans le nord et en Belgique.
Ces salades ont une diversité étonnante. Ma grand-mère durant la guerre s’en servait comme succédané du café mais aussi pour ses fonctions digestives bien qu’elle ne soit pas très riche en vitamine. Les endives élevées à l’obscurité dans les caves en sont presque complètement dépourvues.
Il y a de grandes différences entre l’espèce cultivée dans les jardins et l’espèce sauvage.
Les chicorées frisées et les scaroles cultivées sous le nom d’ « endives de Bruxelles » ou « witloof », sont recommandées en cas de paresse biliaire, jaunisse, coliques hépatites, bref, tous les dysfonctionnements hépatiques mais également dans les furoncles, anthrax, eczémas.
Plus prosaïquement, on l’a utilisé comme laxatif, diurétique, dans les cas de rétentions
urinaires, d’oedèmes et de constipations.
On rapporte un usage externe en compresses sur les infections cutanées ; furoncle anthrax, eczéma : en sirop vermifuge pour les enfants, en infusion et décoction pour l’ensemble des voies digestives et du système urinaire.
Le chlorure de magnésium
C’est un sel présent dans l’eau de mer (35% de chlore et 12% de magnésium environ) Il est commercialisé essentiellement sous une forme desséchée en poudre.
Le chlorure à des propriétés laxatives et cholagogues. Le professeur Delbet, en 1918, lui a reconnu des propriétés remarquables : le cathion magnésium est essentiel pour la santé.
Les cultures agricoles intensives génèrent des carences alimentaires, surtout en magnésium et en vitamines, c’est pourquoi il est utile, durant tout l’hiver, de prendre des nutriments comportant du magnésium. Selon les conceptions de Louis de Kervran, il se transforme grâce aux bactéries constituant nos cellules en manganèse (« ma genèse »), indispensable à ma défense immunitaire. Par contre, l’anion chlore entraîne des diarrhées si le dosage devient important. Il a des fonctions de désintoxications du foie et de l’intestin. C’est pourquoi il ne faut pas abuser du chlorure mais le remplacer par du glutamate, un gluconate ou un pidolate qui rentrent sans problème dans le métabolisme cellulaire. Une cure de chlorure de magnésium est à conseiller en cas d’épidémie, chaque hiver, pour renforcer la défense immunitaire et décrasser le foie.
Le chlorure de potassium  
C’est un sel digestif intéressant parce qu’il comporte du potassium c'est-à-dire de la potasse ; un antidote aux excès d’acidité de la plupart des composants alimentaires.
Le potassium est utile dans les hypokaliémies survenant après les diarrhées, vomissements, les interventions mais le dosage est délicat, il faut demander obligatoirement conseil à son médecin. Cet ion est essentiel pour le coeur.
4246313096_3d49e368ea.jpg
Le chocolat
La base essentielle est le cacao broyé auquel l’industrie ajoute du saccharose, des poudres végétales, minérales.
Initialement importé pour faire ingérer plus aisément les médicaments, il a dérivé peu à peu en consommation familiale ; le chocolat était inscrit au codex de 1818 à 1908, il fût supprimé du codex ensuite.
La pâte de cacao est obtenue par écrasement des amandes de cacao torréfiées privées autant qu’il est possible de leurs coques. On y ajoute généralement de petites quantités de lécithine végétale (2g pour mille), après nettoyage des fèves de cacao torréfaction entre 100 à 150°C, concassage, broyage, raffinage, etc…
La pâte de chocolat peut servir de véhicule à différents produits médicinaux.
Le chocolat dit de santé est un mélange comportant du sucre et de la cannelle qui peut être remplacé par de la poudre de vanille sucrée.
Différentes formes sont proposées en pharmacopée : chocolat au kermès, à la magnésie, purgatif, vermifuge, en cas d’anorexie, de dysphagie, d’angine, de surmenage intellectuel ou musculaire.
Les tablettes de chocolat vitaminées stimulent l’appétit de l’enfant, par contre l’abus de chocolat est déconseillé dans les régimes de tous les hépatiques et d’obèses en raison de sa teneur en lipides et glucides élevés, ce qui limite son usage chez les diabétiques. Il est contre-indiqué chez les nourrissons.
Le chocolat a des vertus aphrodisiaques dit-on du moins les neurones corticaux apprécient certains de ses composants semblables à des composés chimiques libérés au cours de la communion c'est-à-dire de l’acte sexuel : les prostaglandines. C’est donc un succédané oral de consommation courante, je n’épiloguerai pas sur ce point, il vous suffira d’observer autour de vous.
4300583168_30cf1c6169.jpg
Le chou
On en connaît de nombreuses variétés ; les choux ronds, des choux à vache, etc…. Un film comique a immortalisé la soupe aux choux.
Il y a des choux blancs, rouges, choux-fleurs, choux raves, choux de Bruxelles, tous sont comestibles. Dans l’antiquité, Pythagore, louait ses qualités et Hippocrate le recommandait.
L’espèce sauvage se trouve sur les falaises en bord de mer, ancêtre de la majorité des choux cultivés par croisements et sélections.
Utilisé comme médecine des pauvres, c’est tout d’abord un excellent vermifuge, un cicatrisant des brûlures, des ulcères, un désinfectant, un bon remède contre les piqûres d’insectes.
En application à la campagne depuis des lustres sur les rhumatismes, la goutte, les sciatiques, certes dans ce cas, il n’empêche pas l’ostéopathe d’opérer mais c’est un complément utile.
On l’a décrit comme un bon désinfectant des voies respiratoires, utile en gargarismes. Il a des vertus contre le scorbut, il serait efficace dans la dysenterie, c’est aussi un bon dépuratif, il contient un élément chimique important ; le souffre.
C’est un bon remède contre l’insomnie, les angoisses, les perpétuels fatigués.
Utilisé en sirop contre les angines, en gargarismes, dans les embarras respiratoires.
En usage externe, sous forme de compresses, il faut recouvrir la brûlure, l’ulcère, les articulations enflammées avec des feuilles très fraîches, très lisses, très propres : c’est déjà un transfert.
L’appliqué en cataplasme contre les rhumatismes ou sur la face externe de la région hépatique
pour les douleurs abdominales, diarrhées, crises de foie, migraines. Comme légume, il est beaucoup plus digeste qu’on ne le dit à condition de le blanchir. La cuisson vapeur est la meilleure : s’il reste des engrais chimiques, la vapeur d’eau les élimine.
Enfin, je le conseille vivement pour différentes qualités que la bioélectronique a mis en évidence sous forme de choucroute car elle contient des ferments lactiques, elle aseptise l’intestin. On peut même la consommer à froid, n’y ajouter quand même pas trop de charcuterie grasse, le lard fumé contemporain comporte beaucoup trop d’injections de produits chimiques pour pouvoir être digeste, il est à éliminer de l’assiette.
Les lipides d’origine animale étant également à éviter. Cependant, une bonne choucroute même grasse oblige le système immunitaire à se défendre, aussi si vous allez dans ce merveilleux pays d’Alsace, je vous conseille vivement de goutter à la choucroute.
 

 

 

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents